Délégationde Paris

Crises sanitaire

Tu peux faire tes devoirs comme les autres maintenant !

Le Secours Catholique se mobilise pour fournir à des enfants et adolescents, des ordinateurs, des téléphones et des connexions Internet, et pour les familiariser à l’utilisation de ces outils.

À Paris, l’association agit en partenariat avec Emmaüs Connect. Rencontres !

Tu peux faire tes devoirs comme les autres maintenant !

publié en juin 2020

Lina élève de première

13e arrondissement de Paris, vendredi 8 mai. Lina, élève en première, déballe avec précaution le carton plat et rectangulaire posé sur la table de la salle de séjour, sous le regard de sa mère, Fatiha, et d’Alice Mayoud, bénévole du Secours Catholique.

« On ne s’attendait pas à ça !  », s’exclame Fatiha, tandis que sa fille, toute en réserve, déplie l’écran d’un ordinateur portable flambant neuf et met en route ce dernier. « Pour que tu puisses travailler, je t’ai installé le pack LibreOffice, lui explique Alice. Et aussi Adobe, qui te permettra de lire les fichiers PDF. Et puis l’application Zoom, si tu en as besoin pour suivre la classe virtuelle. En cas de souci, tu peux m’appeler, je t’aiderai ! »

Lina fait partie de la vingtaine de familles visitées par Alice depuis le début de la crise, avec des cadeaux très attendus entre les mains : un ordinateur portable et/ou un smartphone avec une connexion Internet. L’initiative s’est mise en place en partenariat avec l’association Emmaüs Connect qui agit pour l’inclusion numérique.

« Ça va lui changer la vie ! », se réjouit Fatiha, la mère de Lina. Depuis la fermeture de son établissement scolaire, la lycéenne suivait les cours sur son smartphone, tapant entièrement ses devoirs sur le petit clavier tactile. « C’était compliqué et long, reconnaît la jeune fille, derrière ses fines lunettes rondes. Ça me faisait mal aux yeux, j’ai attrapé des maux de tête. Et je ne pouvais pas aller chez une copine pour utiliser son ordinateur. »

Alice ne s’en fait pas trop pour la lycéenne, familière du fonctionnement d’un PC. De plus, la famille, logée dans le parc social, dispose d’une box avec Wifi et d’un abonnement Internet à tarif très préférentiel. « La prochaine fois, je te ramènerai un câble pour que tu te branches directement sur la box, le débit sera meilleur », indique toutefois Alice, qui, avant de laisser Lina, insiste :« Tu m’appelles, si tu as un problème ! »

Tidiane, 10 ans

Direction une nouvelle adresse dans le 13e arrondissement de Paris. Ramata et son fils Tidiane, 10 ans, ouvrent à Alice la porte de leur petit appartement qui fleure bon l’odeur d’une sauce gombo en train de mijoter. Tidiane, la mine grave, contient sa joie à la vue de l’ordinateur que la bénévole pose sur la table. « Tu sais t’en servir ?  », lui demande-t-elle. Le garçon opine. Scolarisé en CE2, il n’est cependant pas très à l’aise avec le pavé tactile et la navigation sur le bureau. La bénévole lui explique la marche à suivre pour connecter la machine au téléphone portable de sa maman, afin d’en partager la connexion Internet - elle dispose de 64 Go mensuels pour dix euros.

Ramata observe à distance. « Tu retiens, hein ?  », lance-t-elle à son fils. Exercice pratique pour Tidiane, qui réitère la manipulation. « Et voilà, tu es connecté ! », le félicite Alice. Le garçon affiche un grand sourire de fierté. L’ordinateur va lui permettre d’accéder plus facilement aux exercices envoyés par mail par son institutrice, voire de participer à des appels vidéo.

Un équipement d’autant plus précieux que Tidiane ne va pas retrouver tout de suite les bancs de son école. Celle-ci est située dans le 19e arrondissement de Paris où il habitait encore il y a quelques mois. Y aller nécessiterait un long trajet en transport en commun, dans les conditions que l’on connaît. Ramata, qui, avec le déconfinement, reprend son travail d’aide à domicile quatre heures par jour, lui laissera donc son téléphone, afin qu’il puisse se connecter et travailler quand elle n’est pas là.

Marthe, 11 ans

«  Je vais pouvoir faire de nouvelles recherches d’emploi grâce à l’ordinateur ! », s’exclame Yatou, hébergée avec sa fille Marthe, 11 ans, à la résidence Jean-Rodhain (Cités Caritas), dans le 15e arrondissement, où se poursuit la tournée d’Alice. Yatou n’en revient pas, émue aux larmes, elle qui pensait que l’ordinateur n’était qu’un prêt, qu’il faudrait rendre à la sortie du confinement. «  Je ne sais pas quoi dire, c’est un rêve ! balbutie-t-elle. Marthe me réclame tous les jours un ordinateur. Mais comme je n’ai que de petits contrats de travail, pas encore de carte bancaire, c’est compliqué. Je lui disais : "Oui, mais pas tout de suite…"  ». Sa fille va pouvoir utiliser la connexion Wifi d’une résidente voisine. «  Vous direz à la maîtresse que Marthe va participer au cours en vidéo maintenant », lance Alice à Yatou. La bénévole prend à nouveau le temps de montrer à Marthe la marche à suivre pour ouvrir une session et se connecter.

« Maintenant, il n’y a plus qu’à vous souhaiter un beau CV et une belle année scolaire  », conclut la bénévole avant de partir. Elle sait qu’une fois la porte refermée, mère et fille vont sauter de joie. «  On observe que chez les enfants de 10 – 12 ans, une fois qu’ils sont équipés, ils ont un regain de motivation pour faire leurs devoirs », explique-t-elle.

Découvrez aussi les histoires de Kristela, 10 ans, Khadidiatou, 14 ans et Djessira, 9 ans

Source : Secours Catholique-Caritas France

https://www.secours-catholique.org/...

Imprimer cette page

Faites un don en ligne