Délégationde Paris

Les personnes en difficulté interpellent les candidats parisiens

publié en

Dans le cadre des rencontres « Etre parisien autrement », qui se sont déroulées en janvier et février rue François-Miron, les habitants et les personnes accompagnées par le Secours Catholique ont élaboré 5 propositions en vue d’améliorer les conditions de vie dans nos quartiers.

1. Les hôtels meublés sont coûteux pour les pouvoirs publics et les locataires, et souvent très insalubres. Aucun accompagnement à l’insertion n’y est proposé, malgré un financement par l’Aide sociale à l’enfance.

Propositions :

– création d’une offre diversifiée de centres d’hébergements, résidences sociales et maisons relais qui puissent accueillir et accompagner les personnes captives des hôtels meublés ;

– contrôle rigoureux des conditions sanitaires des hôtels dont les locataires bénéficient de l’Aide sociale à l’enfance.

2. Les délais d’accès au logement social sont très longs, en particulier pour les personnes d’origine étrangère. Dans certains quartiers, de nouveaux « ghettos » se sont créés, peu favorables à l’intégration.

Propositions :

- création d’une commission d’attribution anonyme des logements sociaux ;

- création d’une offre diffuse de logements sociaux ;

- recensement des locaux vacants pour inciter les propriétaires à louer et favoriser les réquisitions de locaux d’entreprises ;

- incitation des bailleurs à favoriser le turn-over et la mobilité résidentielle des familles résidentes du logement social.

3. Des personnes solvables ne trouvent pas de logement privé en raison du nombre trop important de garanties demandées. Elles sont de ce fait obligées de résider dans des squats, hôtels meublés ou logements privés insalubres, exigus.

Proposition :

Elargir le dispositif existant de garantie du loyer dans le privé des résidents des hôtels meublés, à l’intention de toutes les personnes solvables, aujourd’hui contraintes d’habiter des squats et logements insalubres.

4. Les primo-arrivants ont des difficultés à maîtriser les démarches pour une intégration juridique, sociale et économique.

Proposition :

Création d’une structure d’accueil pour les primo-arrivants. Elle entretiendrait des partenariats avec les associations actives dans ce domaine, et proposerait un accompagnement personnalisé par des travailleurs sociaux formés aux problèmes spécifiques des primo-arrivants : démarches, apprentissage de la langue, formation professionnelle, etc.

5. Les personnes d’origine étrangère sont l’objet de discriminations dans les domaines du logement et de l’emploi.

Proposition :

Réalisation de campagnes d’information sur ce sujet, à l’intention des entreprises, agences immobilières et particuliers.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne