Délégationde Paris

Crise sanitaire

La bagagerie Coeur de cinq : service continu ou presque

La bagagerie Cœur de cinq fait partie des trois bagageries qui fonctionnent à Paris, en cette période de crise sanitaire Covid-19.

La bagagerie Coeur de cinq : service continu ou presque

publié en avril 2020

Ouverte en septembre 2016, dans le Ve arrondissement de Paris, la bagagerie Cœur de cinq est la plus récente. Le Secours Catholique de Paris en est partenaire avec des fondations familiales sous égide de la Fondation Caritas France, la ville de Paris et l’Ordre de Malte.

En période normale, il ne s’agit pas d’une simple consigne mais d’un véritable projet social. Cet espace veut être un véritable lieu de répit et d’accueil pour que les personnes à la rue mettent à l’abri leurs effets personnels et en disposent quotidiennement.

Selon Charles Gazeau, le président : «  Nous avons atteint en quelques mois notre rythme de croisière. Les usagers nous témoignent leur satisfaction. Au cours de l’année, les associations, comme La Croix rouge, le Secours Catholique, Aurore... accompagnant des personnes sans domicile nous adressent des candidatures pour obtenir un casier. Le service de la bagagerie est complémentaire à l’accompagnement. »

Almut, bénévole à l’association attribue les 54 casiers. La moyenne d’attente est de quinze jours après un entretien sur place. « À l’annonce de la période de confinement, c’était un peu la panique. Il fallait que nous nous organisions pour respecter les mesures de sécurité, mais tout en maintenant au moins l’ouverture quotidienne du soir. », souligne Almut. Et cette restriction était d’autant plus dure pour les adhérents mais pas seulement. Ils étaient à nouveau obligés de garder leurs affaires sur eux, toute la journée. Ils n’avaient plus aucun endroit pour se mettre au chaud suite à la fermeture des bibliothèques et de beaucoup d’accueils de jour. Et en plus, dans un premier temps, toutes les toilettes publiques avaient été fermées »

Même si les horaires sont réduits, la prouesse de la bagagerie Cœur de cinq est de continuer à fonctionner en cette période de crise sanitaire. Au cours d’une année, parmi les 54 bénéficiaires, une vingtaine d’entre eux renouent avec une vie normale.

« La ville de Paris nous a donné des masques. Les personnes accueillies rentrent un par un et appliquent les gestes barrières (gel, distance, masque...).  » souligne Charles Gazeau

Grâce à une voisine qui sert du café et de la soupe sur le trottoir pendant la durée d’ouverture, de 18h30 à 20h30, l’attente sur le trottoir a retrouvé l’ambiance conviviale des permanences habituelles.

Aujourd’hui, la permanence tenue par les bénévoles est assurée pour les quinze jours à venir. Un regret est de ne pas pouvoir discuter avec nos amis pour conforter la relation humaine. Pour cela, il faudrait davantage de bénévoles.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne