Délégationde Paris

« J’ai changé à votre contact, vous m’avez humanisée un peu plus et je vous en remercie »

Témoignage de Bénédicte, bénévole qui est restée dix ans à la délégation notamment auprès du groupe de femmes « Partage des cultures ».

Bénédicte et les femmes de « Partage des cultures ».

Je voudrais surtout témoigner de la joie et de la richesse humaine et spirituelle considérable que j’ai trouvées auprès de vous, spécialement vous les femmes du groupe « Partage des cultures », au long de ces dix années qui resteront une belle, riche et forte expérience dans ma vie.

Vous m’avez tout d’abord apporté une ouverture du cœur et de l’esprit. Vous connaître vous et vos parcours, vivre avec vous ces moments de partage, m’ont permis d’élargir mon esprit aux dimensions du monde, pour essayer de connaître et comprendre les situations de vos pays d’origine, vos combats, vos difficultés et vos conditions de vie ici ; j’ai rencontré des visages, des prénoms, des femmes uniques aux parcours singuliers, qui resteront à jamais gravées dans mon cœur. J’ai compris à quel point, malgré nos différences culturelles, religieuses ou autres, nous nous retrouvions, comme femmes, pour partager le même socle d’humanité.

Vous m’avez fait découvrir également les richesses de vos cultures, telles que vos traditions, vos coutumes, vos savoirs, et bien sûr vos recettes de cuisine, mais aussi les valeurs humaines et spirituelles qu’elles portent, telles que l’hospitalité, la solidarité, le respect et l’attention envers les personnes âgées, et j’essaie à mon tour de les faire miennes… c’est d’ailleurs la raison de mon départ !

J’ai aussi été fortement marquée durant ces années passées auprès de vous par la force, le courage, la détermination et la dignité avec lesquels vous affrontez les difficultés de vos vies. Sans nier vos faiblesses, fragilités, doutes, désespoir parfois, inlassablement vous vous relevez et continuez de vous battre, pour vous, vos enfants, vos familles. Vous essayez de vivre au mieux le présent, sans trop vous inquiéter de l’avenir, dans une confiance en la vie, en vous et pour certaines en Dieu. De plus, vous trouvez la force de soutenir celles qui sont dans une situation encore plus éprouvante ou qui sont tentées de baisser les bras. Tout cela restera pour moi un témoignage fort, une leçon de vie et d’amour, une interrogation pour ma propre existence.

Ce qui m’a procuré le plus de joie est votre amitié et votre confiance. Nous avons tissé au fil de nos rencontres des relations justes et vraies, d’une rare profondeur. Il n’y a pas eu de tricherie, de faux-semblants, on a toutes essayé d’aller à l’essentiel qui est la rencontre de l’autre dans sa vérité. Nous nous sommes retrouvées les mains nues, dans le partage de nos vies : joies et peines, espoirs et soucis, nous soutenant l’une l’autre dans les difficultés, et ces liens si forts permettent à chacune de tenir dans les épreuves ou la tourmente.

Tout cela est un cadeau inestimable pour moi ! J’ai changé à votre contact, vous m’avez humanisée un peu plus et je vous en remercie.

En conclusion, je reprends une phrase de Geneviève tirée de son livre Peut-on donner sans condition ? [1] et qui résume bien mon engagement comme bénévole au Secours Catholique : « Donner est un geste de solidarité fondé sur la confiance, capable de redonner confiance aux bénéficiaires. Ce n’est pas de l’altruisme plus ou moins idéalisé, mais un choix qui a sa pertinence politique et sa fécondité spirituelle. L’enjeu en est le goût des relations qui tissent nos vies personnelles et collectives. » C’est bien à une aventure humaine et spirituelle, fondée sur la solidarité et la confiance, que j’ai été conviée lorsque je me suis engagée comme bénévole au Secours Catholique il y a dix ans, et je me pose la question de savoir qui a le plus donné et reçu dans cet échange ?

Bénédicte

[1] Geneviève Comeau, Peut-on donner sans condition ?, éd. Bayard, 2010.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne