Délégationde Paris

« C’est l’occasion de faire avancer les choses »

Baudouin, Djibril et Roger ont témoigné devant le CESE

Baudoin, Djibril, Jessica, Julia, Marie-Anne, Roger, Solène et Thierry ont répondu à l’invitation du Conseil économique, social et environnemental (CESE) pour témoigner de leur expérience de l’errance et de la grande pauvreté. Ils ont vécu dans la rue ou ils accompagnent des personnes à la rue comme bénévoles ou salariés de l’association La Cloche et du Secours Catholique et sont venus témoigner de ce qu’ils vivent devant les conseillers du CESE.

Marie-Anne, Djibril et Thierry au Palais d'Iéna, siège du CESE à Paris.

publié en mars 2019

Depuis plusieurs mois ils se retrouvent, rue des Rigoles (Paris 20e), dans l’accueil de jour de la Voûte animé par le Secours Catholique, pour travailler ensemble à prendre la parole, à témoigner de leurs parcours avec l’idée « de faire changer les choses ». Ces ateliers s’appellent « À vous la parole ». Animés par le Secours Catholique et l’association La Cloche, ils réunissent des personnes accompagnées vivant ou ayant vécu la précarité, des bénévoles et des salariés pour construire ensemble une parole libre et vraie, partagée entre différents acteurs : une parole pour changer le monde.

Je trouve qu’on a été écoutés

Jeudi 21 mars, aux côtés d’ATD Quart Monde, de l’Armée du salut et des Petits frères des pauvres, Baudouin, Djibril et Roger ont témoigné et présenté 33 propositions. Baudouin avait choisi l’accompagnement personnalisé. « Personnes à la rue sans accompagnement. C’est un thème auquel je suis très sensible, parce que c’est mon action comme bénévole. Cet accompagnement bénévole inconditionnel doit amener vers un accès aux droits et un accompagnement professionnel pour améliorer les choses concrètement pour les gens. »

Sa proposition : « Multiplier les lieux d’accueil de jour comme de nuit, qui seront ouverts sur le quartier, sur la ville pour favoriser le bénévolat d’accompagnement. »

À la suite des témoignages, « les conseillers ont voulu poser des questions, beaucoup de questions. Je trouve qu’on a été écoutés. Il y avait une grande liberté de parole. Ça a été très interactif. Il y avait, pour certains d’entre eux, une grande connaissance, d’autres qui n’y connaissaient rien. Du coup, c’était riche. »

Convaincre chaque citoyen de l’existence de la pauvreté

« J’ai répondu à l’invitation, avec le groupe, parce que c’est l’occasion d’apporter un témoignage, de donner un avis, de faire avancer les choses. Il faut se démultiplier, qu’on soit partout. Je suis plutôt d’esprit pragmatique, pour faire changer les choses, une des priorités pour moi c’est la nécessité de convaincre chaque citoyen de l’existence de la pauvreté, des inégalités de revenus et de richesses. C’est un travail de conviction à mener auprès de chacun, un travail sur le terrain. »

Le rendez-vous est déjà pris avec les personnes qui participent aux ateliers « À vous la parole » pour la plénière du CESE le 26 juin. Cette fois-ci, ce sera pour écouter et assister à la présentation du projet d’avis « Lutter contre la grande pauvreté » par Marie-Hélène Boidin Dubrule, présidente de la société MHBD et vice-présidente de la Fondation Auchan pour la jeunesse et de la Fondation Weave Our Future, et Stéphane Junique, président d’Harmonie mutuelle, ainsi que les rapporteurs de la commission temporaire « Grande pauvreté » présidée par Martine Vignau.

Encore une fois donc, l’accueil de jour de la Voûte se délocalise au Palais d’Iéna [1], avec des équipes décidées à agir pour que les choses changent.

Audition CESE - La lutte contre la grande exclusion - Propositions et témoignages

Mars 2019

[1] Siège du CESE, à Paris.

Imprimer cette page

Document

Faites un don en ligne